IV

printemps de la poésie

Soirée Close Poetry: présentation de "Double tombeau / A force d'en découdre"

avec:
Stéphane Goël, Sylviane Dupuis, Mary-Laure Zoss
nombre de vues:
3
mots-clefs:
clip poétique, captation d'événement, 2021, féminin, masculin, art/poésie

Tapis rouge. Le Printemps de la poésie a proposé une soirée de gala ouverte à tous sur Zoom, pour la Première des cinq courts-métrages issus du projet « Close Poetry », soutenu notamment par Pro Helvetia.

Le projet « Close Poetry » expérimente une nouvelle forme d’anthologie poétique en livrant les œuvres de poètes en Suisse romande au regard créatif de réalisateur-rice-s suisses. Leur défi : composer un clip à partir de deux poèmes mis en voix par des comédien.ne.s et traduire leurs impressions de certains hauts-lieux de la poésie helvétique. À la manière d’une promenade lyrique en cinq mouvements, le Printemps de la poésie présente pour la première fois ces capsules poétiques et cinématographiques inédites qui déclinent, en voix et en images, le thème des paysages urbains, naturels ou industriels.

À cette occasion, les poètes discutent avec les réalisateurs. Comment les cinéastes s’emparent-ils de la matière du poème ? Quelles difficultés ont-ils rencontrés ? Les poètes se reconnaîtront-ils dans cette prise de position cinématographique ? Images, montages, collages, rythmes sont autant de moyens d’expression partagés dans le cinéma et la poésie contemporaine. Pourtant, leur mise en commun impose parfois des choix puisque le poème et le langage filmique se doivent de coexister et de convaincre. À vous de juger !

Ici: la présentation de « Double tombeau / A force d'en découdre», avec Stéphane Goël, Sylviane Dupuis, poète, Mary-Laure Zoss, poète; et Nicolas Wittwer, chargé de communication et presse du cinéma CityClub Pully, modérateur de l’événement.

Stéphane Goël

Né en 1965 à Lausanne, Stéphane Goël travaille comme monteur et réalisateur indépendant depuis 1985. Résidant à New York entre 1987 et 1993, il se forme au documentaire avec J. Reilly et J. Gustafson chez Global Village Experimental Center ; collabore avec plusieurs artistes et réalisateurs, notamment N. J. Paik, A. Hahn et S. Kubota ; et réalise plusieurs vidéos expérimentales et poétiques, avant de passer au documentaire long-métrage. De retour en Suisse, il rejoint le collectif Climage, où il produit et réalise de nombreux documentaires destinés au cinéma et à la télévision.

Il redéploie les poèmes Double tombeau de Sylviane Dupuis et À force d’en découdre de Mary-Laure Zoss, lus par Laurence Iseli et Shin Iglesias, 2021. 

Sylviane Dupuis

Née en 1956 à Genève, Sylviane Dupuis est auteure de pièces de théâtre, essayiste et poète ; elle a également enseigné au Collège Calvin et à l’Université de Genève. En poésie, ses dernières parutions sont Géométrie de l’illimité (2000) et Poème de la méthode (2011). Elle obtient par ailleurs le Prix C. F. Ramuz (1986) pour Creuser la nuit, le Prix international Jasmin d’argent (1996) et le Prix Pittard de l’Andelyn (2012).

Mary-Laure Zoss

Née en 1955 à Vaulion et vivant entre le Valais et Lausanne, Mary-Laure Zoss est enseignante et poète. Elle publie récemment A force d’en découdre (2018), Ceux-là qu’on maudit (avec des encres de J-G. Badaire, 2016) et Au soleil, haine rouée (2014). Pour Le noir du ciel, elle obtient le Prix Ramuz (2007) et le Prix de la Fondation L-A Finances pour la poésie (2008) ; mais aussi le Prix des Charmettes J.-J. Rousseau (2009) pour Où va se terrer la lumière.

6e édition, 20 mars - 3 avril 2021